La mode des box mods : pourquoi tant de passion pour ces boîtes ?

La mode des box mods : pourquoi tant de passion pour ces boîtes ?
535 Vues 0 Aimé

Le succès commercial phénoménal du mini box mod iStick d’eLeaf-Ismoka oblige à repenser les habitudes des vapoteurs et à s’interroger sur cette tendance des box mod qui semble aujourd’hui modifier en profondeur le monde de la vape. Quelle est l’histoire des box mods ? Pourquoi tout à coup les vapoteurs se passionnent-ils pour ces boîtes ? Qu’est-ce que cela implique comme changement dans le monde de la vape. Le point de vue de Ciga.fr.

Tentative d’histoire des box mods

Celles et ceux qui ont adopté l’e-cigarette depuis quelques années ont déjà vu passer pas mal de box mods, et notamment le VV Gripper apparu en Europe en 2012 et le célèbre iTaste MVP d’Innokin. Ces deux mods ont pu faire figure à une époque de précurseurs en matière de box mod industriels. Mais l’histoire de ces petites boîtes électroniques semble remonter encore plus loin.

On oublie parfois d’où nous vient le terme de mod. Et pourtant, son apparition devrait nous en dire long sur l’origine des box mod. Car mod provient de « modified personnal vaporizer ». De fait, on retrouve des traces de vapoteurs fous (américains évidemment) fabriquant leurs propres box mods dès 2009 ! Ils s’équipaient de diverses boîtes et chinaient ici ou là leurs composants électroniques pour confectionner des mods sécurisés. Nous avons même retrouvé une vidéo datant de 2009 sur laquelle un vapoteur américain présente la « Juice Box Mod » créée par un modeur. Ce mod artisanal pouvait être à l’époque commandé… chez le fabricant de e-liquides Alien Visions !

Aujourd’hui, sur des sites spécialisés, on peut trouver réuni dans une même boutique tout ce qu’il faut pour créer son box mod à moindre coût. Mais surtout, depuis 1 an ou 2, les fabricants se sont engouffrés dans le créneau et inondent désormais le marché des boxes toujours plus puissantes (maximum atteint aujourd’hui : 250W !!), ou toujours plus petites (minimum atteint : 21mm de large, 75mm de haut). Et s’ils le font, c’est que nous, vapoteurs, les achetons. En témoigne le succès phénoménal de l’iStick d’eLeaf que nous évoquions en introduction. Pourquoi tant de passion pour ces boîtes ? C’est ce que nous allons tâcher de découvrir.

Un format pratique et ergonomique

Il y a fort à parier que l’un des critères d’adoption du format box pour les mods est, au moins du point de vue des vapoteurs débutants, massivement conquis par l’iStick, est l’ergonomie du format.

Ça se pose facilement en conservant une stabilité exemplaire ; ça tient bien dans la main ; le switch s’actionne très simplement ; ça se range bien dans une poche ; cela permet en outre de vaper sans problème aussi bien des atomiseurs reconstructibles ou les nouveaux clearomiseurs de gros diamètre que des classiques petits clearomiseurs tous publics comme l’eVod, l’ET-S d’Aspire, le CE5 d’Aspire, etc. Bref, c’est ergonomique, fonctionnel… et élégant.

Car les box mod manufacturées d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec les box artisanales des origines : les lignes sont travaillées, de même que les boutons, les coloris sont variés et l’esthétique globalement très appréciable. Le design s’est invité là aussi pour séduire les vapoteurs, notamment débutants (bah oui, on voit souvent des furieux et des clouds chasers avec des boxes immondes mais colossales qui envoient la purée dans des drippers modifiés et montés avec des coils pour le moins artistiques…).

La quête de la puissance

Ne nous leurrons pas, la quête de la puissance est aussi un des critères d’adoption du format box. Les fabricants suivent les tendances et n’ont pas pu, depuis des années, percevoir que les vapoteurs (ou du moins une certaine catégorie de vapoteurs) visaient toujours plus haut, toujours plus fort. Power Vaping, concours de clouds, etc. : le web regorge de ces expériences de vapoteurs qui s’adonnent au sub-ohming pour s’en envoyer violemment derrière la cravate. Les fabricants l’ont perçu et produisent des box mods offrant des performances stupéfiantes : Les mods électroniques au format « standard », même haut de gamme, ne dépassent jamais les 20W alors que les box mod peuvent atteindre, nous l’évoquions plus haut, jusqu’à 250W !

Est-ce utile ou sain de vaper à des puissances pareilles ? Nous devons avouer que nous ne le pensons pas. Mais chacun est libre de s’amuser comme il le souhaite, tant qu’il prend les précautions nécessaires pour réduire les dangers liés à une vape à une telle puissance…
Note : certaines boxes permettent en outre, de base, d’utiliser deux accus. Ce qui séduit pas mal de monde : même sans chercher des puissances ahurissantes, le fait d’avoir un matériel prévu pour deux accus accroît considérablement l’autonomie si l’on vape à des puissances « normales ».

Des vaporisateurs à 1000 lieux de la cigarette

Enfin, nous pensons qu’un des critères d’adoption du format box est… son format ! Au début de l’arrivée de la cigarette électronique en France, les gens voulaient absolument quelque chose qui se rapproche le plus possible d’une cigarette de tabac. Forme, poids, taille : tout devait être le plus proche (d’où, dans une certaine mesure, les ventes de cigalikes).

Mais aujourd’hui, que ce soit chez les vapoteurs confirmés comme chez les débutants, la cigarette électronique étant tellement devenue « normale » et présente partout (à noter : dans le – navet – film « Reclaim » l’on voit même régulièrement l’acteur américain John Cusack en train de vaper), elle est devenue son propre référent. Elle s’est définitivement (ou presque) détachée de la cigarette de tabac pour intégrer un cadre de référence, des schémas de représentation qui sont propres au monde de la vape. Et en ceci, le succès des box mod est très intéressant et encourageant !

Et vous, vous aimez les box mods ? Que pensez-vous de leur succès ?

Bonne réflexion.

Et bonne vape !

Commentaire Facebook