Mod électro et contrôle de la température : Comment ? Pourquoi ?

Mod électro et contrôle de la température : Comment ? Pourquoi ?
573 Vues 0 Aimé

L'entrée à notre catalogue de l'eVic VT de Joyetech nous oblige à faire un petit récapitulatif sur le contrôle de la température. Meilleure qualité sanitaire de vape, meilleur contrôle, meilleur rendu des saveurs, utilisation plus simple et intuitive : explications et conseils sur le contrôle de la température.

Le contrôle de la température : à quoi ça sert ?

Il faut savoir qu'a priori, l’acroléine résultant de la chauffe excessive de la glycérine végétale de nos e-liquides n’est produite qu’au-delà de 290°C… quand elle est pure ! On ne connaît pas exactement la température de décomposition de la glycérine végétale quand elle est mélangée au propylène glycol mais il est probable que celle-ci soit supérieure. Quoi qu’il en soit, le contrôle de la température prend alors tout son sens dans une optique de vape saine : il est possible de  régler un plafond à 280°C pour éviter d’atteindre les seuils à partir desquels la vape est moins sûre.

En ce sens, le contrôle de la température apporte au moins un bonus en termes de santé publique. Un meilleur contrôle de ce qui se passe dans notre ato nous garantit un meilleur contrôle de la qualité de la vapeur.

Egalement, le contrôle de la température permet de véritablement profiter de ses e-liquides. En effet, jusqu’à présent, on avançait : « un e-liquide = une puissance de vape ». Plus de puissance pour les tabacs et les gourmands, moins de puissance pour les fruités, etc. C’était notre conception à tous du « sweet spot ». Le problème, c’est que quand on dit à une box d’envoyer telle ou telle puissance, quelle que soit la température effective de la résistance (qui dépend entre autre de l’alimentation en juice de la mèche et du coefficient de chauffe du coil), la box envoie la puissance demandée. De là proviennent parfois des bouffées un peu écoeurantes, trop chaudes, etc. Avec au final un rendu en bouche pas très lisse, inconstant.

Avec le contrôle de la température, une fois que l’on a effectué des tests pour établir NOTRE température idéale pour chaque juice, on la cale et la box va envoyer ce qu’il faut de tension pour obtenir cette température. La puissance variera donc en cours de vape, la température de chauffe, elle, restera parfaitement constante.

En résumé : avec le contrôle de la température, le signal est haché, il n’est pas lisse ; la vape, elle, est parfaitement lisse.

Et ça c’est une évolution considérable qui ne peut que faire du bien à la vape en optimisant encore plus notre plaisir.

Enfin, la stabilité du paramétrage est également une donnée intéressante en termes de vape. En effet, on le sait : en fonction de l’atomiseur utilisé, on ne vape pas à la même puissance. Bien malin celui qui dira qu’il est équivalent, en termes de rendu des saveurs, de vaper à 20W sur un Nautilus et à 20W sur un Kayfun par exemple. Avec la température, le problème est réglé : si vous aimez vaper votre juice préféré à 250°C, vous le vapez à 250°C, que ce soit sur Nautilus ou sur Kayfun (bon, l’exemple est bancal puisque le Nautilus ne peut que très difficilement être équipé d’une résistance permettant le contrôle de la température, mais tout de même, l’idée est là…).

Les restrictions matérielles

Justement, cela nous donne une transition idéale pour évoquer la question des restrictions matérielles. En effet, les box à contrôle de température ne fonctionnent qu’avec des résistances en Ni 200 ou en Titane. Ce qui évacue de facto la plupart des atomiseurs « débutants ».

Néanmoins, pour accompagner son eVic VT, Joyetech propose un atomiseur typé high-end, mais avec des résistances consommables équipées au choix de résistances en Titane ou en Ni 200 : l'eGo One Mega. Ainsi, sans avoir besoin de se mettre au reconstructible, on peut profiter pleinement du contrôle de la température.

Remarque : certains pourront être effrayés par les impédances annoncées des résistances utilisant le Ni 200. Mais il ne faut pas s'inquiéter ! En effet, le Nickel Ni200 est un fil dit non-résistif (très faiblement résistif en réalité). Mais comme, avec des résistances en Ni 200, vous misez sur le contrôle de la température et non la puissance, vous obtenez une vape qui n'a rien à voir avec le sub ohm. Elle est plus ronde, plus douce, mais tout aussi riche et abondante. Bref : le contrôle de la température, c'est à tester absolument !

Bonne vape !

Commentaire Facebook