Cigarette électronique et tabagisme passif : danger ?
983 Vues 0 Aimé

Avec l’article de 60 millions de consommateurs sur les dangers de la cigarette électronique et l’accord tout récent du Parlement européen d’encadrer le marché de la e-cig, le débat est relancé sur la toxicité de cette vapoteuse qui aide pourtant plus d’1 million de Français à ne plus fumer. La cigarette électronique est-elle nocive pour la santé ? Présente-t-elle des risques de tabagisme passif ? Qu’en pensent les professionnels de santé ? Éléments de réponse. 

Cigarette électronique, tabagisme passif : danger ?

Dans son article qui a fait polémique, l’association 60 millions de consommateurs commentait les résultats de tests effectués en laboratoire sur la cigarette électronique, pour en déterminer la toxicité. L’article fit polémique, et pour cause : le ton de l’article évoquait une toxicité proche de celle de la cigarette traditionnelle mais aucun chiffre n’était donné.

Après de très nombreux courriers de lecteurs, l’association s’est décidée à publier un certain nombre de ses résultats. Le bilan est en réalité plus mitigé. Car ce que montrent ces résultats, c’est qu’avec CERTAINS e-liquide, l’association a pu déceler une quantité notable de QUELQUES produits nocifs dans la vapeur de e-cigarette. Mais que dans l’ensemble, les 3 composés chimiques mis en cause (formaldéhyde, acétaldéhyde et acroléine) sont certes présents, mais dans des  quantités globalement 6 à 15 fois inférieure aux quantités présentes dans la fumée de cigarette. En outre, rien n’est dit sur l’absence des 5000 autres composés chimiques extrêmement dangereux qui sont contenus dans la cigarette… mais pas dans la vapeur de cigarette électronique !

Plus récemment, une étude d’un laboratoire de recherche universitaire américain a pu démontrer le caractère cancérigène de la vapeur de cigarette électronique, sur certaines cellules à tendance cancéreuses, mais en précisant qu’il s’agissait d’une étude préliminaire des résultats de laquelle on ne pouvait tirer de conclusions pour l’instant.

Le bilan ? Il est finalement le même que celui que font de nombreuses personnes depuis des années : 

  • Bien évidemment le vapotage n’est pas totalement inoffensif. Vapoter consiste tout de même à inhaler des vapeurs émises, à basse température certes, mais par des composés chimiques sur lesquels nous avons tout de même peu de recul. En outre, la nicotine est toujours un produit toxique, qu’on le vapote ou qu’on le fume. Enfin, on ne dispose d’aucun recul sur l’usage à long terme de la e-cigarette. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains veulent invoquer le principe de précaution.
  • MAIS : tout le monde, et même l’association 60 millions de consommateurs, s’accorde à dire que la cigarette électronique est sans doute jusqu’à 1000 fois moins toxique que la cigarette classique !

Dès lors, il est évident que s’il y a nocivité, même minime, il y a tabagisme passif. Mais ce tabagisme passif reste moins grave et moins dangereux, jusqu’à preuve du contraire, que celui du tabagisme passif lié à la cigarette classique.

Les professionnels de santé face à la cigarette électronique

C’est d’ailleurs ce que disent de nombreux professionnels de santé. Certains d’entre eux se sont même réunis pour créer « L’appel de 100 médecins en faveur de la cigarette électronique ». Ces derniers rappellent qu’ils passent leurs journées à voir des patients qui meurent ou vont mourir à cause de la cigarette. Et que la cigarette électronique est aujourd’hui le dispositif qui permet au plus grand nombre de fumeur de se détourner de la cigarette.

Alors oui, rejoignons le Professeur Dautzenberg sur un point tout de même : vapoter ce n’est pas arrêter de fumer, c’est fumer autrement. Mais cela reste moins dangereux.

Et pour réduire les risques, le plus simple, c’est encore de choisir des e-liquides français à la traçabilité exemplaire et analysés par les fabricants. Citons évidemment D’lice, VDLV et Alfaliquid, exemplaires à ce niveau.

Commentaire Facebook