Zoom sur les différents types d’atomiseurs reconstructibles

Zoom sur les différents types d’atomiseurs reconstructibles
1051 Vues 0 Aimé

Vous vous êtes enfin décidé à sauter le pas et à adopter les atomiseurs reconstructibles ? C’est une excellente décision : vous allez redécouvrir vos e-liquides tout en gagnant en liberté et en réalisant des économies à moyen/long terme si vous vapez beaucoup. Reste à choisir votre atomiseur reconstructible. Notre guide sur les différents types d’atos reconstructibles.

Les drippers également appelés « atos dry »

Les premiers atomiseurs reconstructibles, parce que les plus simples de fonctionnement, sont les drippers, également appelés atomiseurs dry. En effet, ces derniers ne comportent pas de tank/réservoir, d’où leur désignation comme atos dry : ils sont au sec.

Le principe est de verser quelques gouttes de e-liquide directement sur la mèche et de vaper. Après quelques bouffées, il faut réalimenter la résistance en juice. En règle générale, l’autonomie (si l’on peut dire) des atomiseurs reconstructibles dry est de quelques gouttes (entre 10 et 30 gouttes, soit au grand maximum ½ voire 1 millilitre).

Les drippers sont très appréciés pour plusieurs raisons :

  • Ils ne connaissent pas de problème de capillarité : quelle que soit la proportion de glycérine végétale de vos e-liquides, vous pourrez en tirer le meilleur.
  • Ils permettent de changer de e-liquide quand on veut : un dry burn pour nettoyer la mèche et c’est réglé, vous pouvez vaper un autre e-liquide.
  • Ils produisent une intense vapeur chaude et très riche en saveurs.

Les atomiseurs de type Genesis

L’autre grande famille d’atomiseurs reconstructibles se compose des atomiseurs de type Genesis. Les atomiseurs Genesis sont constitués d’un tank surmonté d’un plateau équipé du système résistif, lui-même surmonté du top-cap de l’atomiseur.

Le gros problème des atomiseurs reconstructibles de type Genesis est la difficulté du montage. En effet, les atos Genesis fonctionnent avec une mèche verticale en mesh, textile d’acier inoxydable. Le principe est fondamentalement de rouler un morceau de mesh que l’on plonge dans le tank et autour duquel on enroule le fil résistif. Mais d’une part il faut oxyder le mesh au chalumeau et le refroidir plusieurs fois de suite, d’autre part, ce type de montage provoque facilement des courts-circuits ou des hot spots qui vous obligeront à tout recommencer. En outre, il est tout simplement exclu de poser un ato genesis couché : il se viderait !

Ceci dit, une fois qu’on maîtrise le montage, on est récompensé par une vape sans comparaison.Si les atomiseurs de type Genesis ont leurs fervents adeptes, c’est ainsi pour plusieurs raisons :

  • Le rendu des saveurs est incroyable, extrêmement juste et savoureux, quoique légèrement plus viril peut-être que sur d’autres atomiseurs.
  • La capillarité est incomparable : vous pourrez vaper du 100% VG sans problème et chain vaper également sans risque de dry hit.
  • La durée de vie du montage est très longue, ce qui vous permet de vaper longtemps sans avoir à refaire d’autre entretien qu’un petit dry burn de temps en temps.
  • Le mesh est sain : il ne se décompose pas, ne brûle pas, ne s’oxyde pas, etc.
  • Vous bénéficiez d’une large autonomie en liquide : les tanks sont en général d’au moins 3,5 ml et plus souvent même de 4 ou 5 ml.

Les atos de type Genesis sont donc des atomiseurs reconstructibles exigeants réservés aux vapoteurs expérimentés.

Les atomiseurs reconstructibles fibre

Il existe enfin quelques atomiseurs reconstructibles plus « classiques » qui utilisent des mèches en fibre de silice ou en coton. Il s’agit par exemple du Magoo-S d’Ismoka ou du Kayfun qui utilisent exclusivement des fibres de silice ou du Fogger V3 qui peut indifféremment utiliser du coton, de la fibre ou du mesh. Ces trois atomiseurs reconstructibles ont essentiellement pour eux les avantages suivants :

  • Le confort d’utilisation est excellent : vous pouvez vaper dans toutes les positions, promener votre atomiseur ou le laisser posé n’importe comment ; il ne se videra pas.
  • La facilité de montage de la mèche : même si le Magoo-S est un peu délicat, refaire les coils et mèches du magoo-S est de loin plus simple que pour un RSST par exemple.
  • La qualité de vape est excellente : le rendu des saveurs excellent, le volume de vapeur abondant.
  • Une excellente autonomie allant de 3,5 ml à 5 ml.
  • Certains de ces atomiseurs reconstructibles sont bottom coil et produisent donc une vapeur froide, idéale pour les amateurs de fruités et de vape légère.

Sachez en outre qu’il est tout à fait possible de refaire soi-même les résistances de bon nombre de clearomiseurs tout public. L’opération est simplement un peu plus délicate puisqu’elle se fait sur un espace réduit.

Ce guide devrait vous aider à choisir votre atomiser reconstructible à la fois en fonction de votre niveau d’expérience mais aussi de votre niveau d’exigence de vape. Alors faites votre choix.

Et bonne vape ! 

Commentaire Facebook