Vapofumeurs : zoom sur ces consommateurs mixtes
580 Vues 0 Aimé

En février 2015 l’INPES publiait les premiers résultats de son baromètre santé 2014 et les éléments concernant l’e-cigarette. Depuis début 2015, un grand nombre d’études américaines portent sur la consommation des fumeurs et des vapoteurs. Le constat est toujours le même : il y a plus de consommateurs mixtes que de consommateurs exclusifs de la cigarette électronique. Quels sont les effets de ce double usage ? La consommation mixte est-elle dangereuse ou bénéfique ? Comment faire pour arrêter totalement de fumer ? Zoom sur une pratique plus qu’anecdotique.

Consommation mixte : quelques chiffres

Les études se multiplient sur la consommation de tabac et l’utilisation de vaporisateurs personnels. Grâce à cela, nous disposons aujourd’hui d’un certain nombre de données fiables sur la sociologie des vapoteurs.

On sait par exemple qu’aux Etats-Unis, en 2014 :

  • Chez les femmes : on compte 0,8% de vapoteuses exclusives, 2,6% de vapofumeuses et 12,3% de fumeuses
  • Chez les hommes : on compte 1,4% de vapoteurs exclusifs, 2,8% de vapofumeurs et 16% de fumeurs exclusifs
  • En moyenne 20% des fumeurs américains sont des vapofumeurs

En France :

  • On compte environ 2 millions de vapoteurs mais seulement 400 000 à avoir définitivement arrêté de fumer
  • Selon l’étude ETINCEL de l’OFDT, seulement 1,3% des vapoteurs sont des vapoteurs exclusifs !

Pourquoi ? Comment améliorer la pénétration de l’e-cigarette chez les fumeurs ? Et surtout cette consommation mixte e-cigarette/tabac est-elle mauvaise ou au contraire encourageante ? Analysons cela.

Vapofumeurs : la consommation mixte augmente les chances d’arrêter de fumer

D’après l’étude de l’INPES, pour 82% des vapofumeurs français, la consommation mixte a permis de réduire la consommation quotidienne de presque 9 cigarettes ! Voilà déjà une donnée encourageante sur cette consommation mixte tant décriée à la fois par les défenseurs de l’e-cigarette mais aussi par ses détracteurs ! Mieux encore : pour l’INPES, « les fumeurs-vapoteurs sont donc plus motivés que leurs homologues « fumeurs-simples » pour décrocher du tabac ».

Egalement, selon une étude américaine publiée dans le journal scientifique Nicotine & Tobacco Research, « Chaque pourcentage de baisse dans la consommation quotidienne de cigarette (…) est corrélée à une augmentation de 3% à 4% des probabilités d’arrêt [du tabac] ».

Ainsi, extrapolons : si un vapofumeur qui fumait 1 paquet par jour ne fume plus que 11 cigarettes depuis qu’il vape, il augmente ses chances d’arrêter de fumer de 135% à 180% !

Les bénéfices de la réduction du tabac

Selon la Docteure Béatrice Le Maître, tabacologue au CHU de Caen, dans une interview à e-sante.fr, le fait de moins fumer réduit la quantité de CO dans le sang, donc des poumons plus sains, des artères plus saines et une capacité respiratoire qui s’améliore.

Selon une étude, publiée en 2012 dans l’American Journal of Epidemiology, qui a porté sur le suivi de 4 633 fumeurs pendant 40 ans (oui, oui, l’étude a commencé en 1963 !!), le groupe de ceux qui ont réduit leur consommation de cigarette a vu son taux de mortalité précoce chuter de 15% à 23% !

Si l’on se fie enfin à une étude danoise, la consommation mixte serait même la solution la plus efficace pour arrêter de fumer ! En effet, selon cette étude, l’arrêt brutal du tabac provoque une chute d’afflux sanguin dans le cerveau qui génère un état de manque proche de la démence que beaucoup de fumeurs ne sont pas capables de supporter. L’arrêt progressif serait donc le meilleur moyen de contrer l’effet de manque qui, comme on a pu le voir dans notre billet « la nicotine ne rendrait pas dépendant », provient non pas de la nicotine mais bien des autres produits contenus dans la fumée de cigarette de tabac !

Alors, vapofumer, est-ce dangereux ?

Le problème dans le fait de conserver une consommation mixte c’est de rester captif de l’industrie du tabac et de son buraliste. Et oui, la consommation mixte est l’objectif clair et affiché des industriels du tabac.

Mais par moment le vapoteur doit se concentrer sur sa capacité à arrêter de fumer, par sur le combat contre Big Tobacco. Car un fumeur est une personne dépendante, donc affaiblie ; et que Big Tobacco est un puissant lobby industriel qui dispose de trésors chimiques pour nous maintenir dans la dépendance.

Or, on l’a vu, loin d’être seulement un piège, la consommation mixte augmente au contraire, à terme, les chances de se libérer du tabac ! Donc ne soyons pas sectaires et tentons d’aider les vapofumeurs à se libérer plutôt que de les stigmatiser comme des traitres, des incapables ou des gens qui n’ont rien compris. Chacun fait comme il le peut avec sa dépendance, et l’arrêt du tabac doit être envisagé à long terme.

Alors bien sûr, l’idéal est d’arrêter définitivement de fumer du jour au lendemain et d’adopter définitivement le vaporisateur personnel. Mais grâce à ces quelques données, vous pouvez soit vous rassurer vous-mêmes (si vous êtes vapofumeur), soit rassurer vos proches vapofumeurs et disposer d’éléments pour continuer, motiver et aller progressivement vers un abandon total du tabac.

En espérant que ce billet vous aide à y voir plus clair et à continuer la lutte personnelle et constante contre le tabac que constitue le sevrage,

Bonne Vape !

Commentaire Facebook