Vape et coronavirus, le grand brouillard?
422 Vues 15 Aimé

Fini le temps de s’échanger son set-up préféré entre collègues, de tirer une généreuse bouffée du nouvel e-liquide de votre pote. Fini aussi le sacro-saint tandem bière/vapote en terrasse malgré un soleil attrayant. Chaque tube méca, chaque flacon d-e-liquide et bien sûr, chaque drip tip représente un danger à nos yeux et nous fait craindre la transmission du virus. Fini, oui, mais seulement pour un temps. Le rapport entre l’e-cigarette et le Covid-19 s’arrêterait-il là ?

Ces derniers jours, plusieurs articles traitant de vape et de coronavirus ont fleuris. Entre énième vape bashing et constats réels de la communauté scientifique, un peu d’éclaircissement ne fera pas de mal.

Les contacts répétés avec le visage



Que l’on soit fumeur, vapoteur ou vapofumeur, il existe un risque bien réel de transmission par contacts répétés avec le visage. On sait désormais que se laver les mains fréquemment, que ce soit au savon et à l’eau ou au gel hydro-alcoolique, est une habitude suffisante pour se prémunir d’une contamination de contact par toutes sortes de maladies virales et notamment par un coronavirus. C’est d’ailleurs une des mesures barrières répétées chaque jour par le gouvernement. Mais être vapo-fumeur ou vapoteur complique quelque peu les choses.

Déjà, il est certain qu’après avoir touché une surface contaminée, empoigner son modèle suffit à le contaminer à son tour. A moins qu’on ne soit pas très douée, il est en général assez rare de toucher son visage en prenant une bouffée de vape, sauf pour les fumeurs dont la cigarette arrive en fin de combustion. Par contre, le drip-tip, ou bec, peut lui être touché par inadvertance avec plus ou moins de facilité selon les modèles.

Dans ces conditions, mieux vaut utiliser son modèle après un bon lavage de mains et le désinfecter à l’aide, par exemple, de lingettes désinfectantes virucides. On ne saurait évidement trop vous conseiller de ne pas vapoter sur l’e-cigarette d’un tiers, ni de proposer la vôtre. Mais je pense que ça, vous le saviez déjà.



Le problème du masque



Je ne vais pas aborder ici la difficulté de vapoter avec un masque. Si vous vous sentez assez fort pour tenter l’expérience, commencez déjà par le faire avec une serviette en papier ou avec votre tee-shirt.

Non sérieusement, vous venez de le faire ? Vous avez du sentir qu’au niveau du rendu aromatique, ce n’était pas trop ça. Plus embêtant, votre matière barrière va vite devenir complètement mouillée.

Non, le vrai problème du masque quand on vapote, c’est qu’on doit d’une part le retirer très fréquemment pour vapoter, ce qui vous expose si vous êtes proche d’autres personne mais pire, vous vous touchez là encore à plusieurs reprises le visage et vous contaminez votre propre masque.

Comme le port du masque peut devenir bientôt obligatoire en public, et que même sans obligation, il reste un allié de poids pour se prémunir d’une contamination, adoptez tout de suite la technique de le retirer par ses élastiques et non en le tirant depuis la partie qui recouvre votre bouche et votre nez.



La vape est-elle un facteur aggravant si l’on est infecté ?



Même si la vapotage n’est pas une pratique entièrement sûre, rien ne permet à ce jour d’établir un lien entre vapotage et forme sévère du coronavirus. Fumer, en revanche, est bien un facteur aggravant. Les voies respiratoires irritées sont plus réceptives au virus. Une étude réalisée en Chine sur 1 064 patients permet d’analyser l’évolution du virus chez les fumeurs qui l’ont contracté par rapport aux non-fumeurs. Sans appel, le tabagisme augmenterait de 130 % le risque de développer une forme très sévère du virus. En moyenne, 5% des personnes atteintes du Covid-19 sont conduites en réanimation ou en meurent, chez les fumeurs, ce taux double pour atteindre 12 %. Enfin, comme le cite le Docteur Dautzenberg « Il n’y a pas de certitude sur le risque accru pour les fumeurs de contracter le virus, faute de données en la matière, même si c’est ultra probable ».

A ce jour, donc, rien ne permet de dire que la vape est un facteur aggravant contrairement au tabac.



Les nuages de vapeurs sont-ils à fuir en courant ?



Beaucoup de médias ont parlé ces derniers temps du danger des nuages de vapotage, vecteurs de transmission du covid-19. Des utilisateurs, en parallèle, ont mis en avant les bénéfices du propylène glycol, composant de nos e-liquides, pour éradiquer le virus avant qu’il ne se jette dans nos voies respiratoires. Nous allons devoir mettre fin à cette hypothèse pourtant séduisante. Le propylène glycol, PG pour les intimes, n’est pas virucide. Il possède seulement des propriétés bactéricides et fongicides. C’est déjà pas mal, mais insuffisant pour ce qui nous préoccupe. 

Mais revenons-en à nos nuages… Des scientifiques tels qu’Yves Martinet, professeur de pneumologie au CHU de Nancy et président du Comité National Contre le Tabagisme (CNCT) nous exhortent à nous tenir « à distance minimale de 10 mètres de toute personne et de toute habitation». Ils avancent que les nuages de vapeurs que produisent les vapoteurs pourraient être porteurs du virus et être à l’origine de contaminations passives. De l’autre côté de la manche, des experts de Public Health England (PHE) affirment qu'il n'y a actuellement aucune preuve indiquant que le coronavirus peut être contracté en inhalant la vapeur expirée de quelqu'un d'autre. Même son de cloche du côté du dailymail. Pour le moment, difficile donc d’y voir plus clair. Nous vous recommandons donc de prendre des précautions quand vous exhalez, surtout si vous êtes en présence de personnes à risques.




Mes achats peuvent-ils être contaminés ?



C’est extrêmement peu probable d’après l’Institut Pasteur. Une étude américaine du CDC (Centres for disease control and prevention) indique que la durée de vie du virus peut atteindre deux à trois jours sur les surfaces en plastiques et en fer et seulement vingt-quatre heures sur du carton. Sans compter les différentes conditions dans lesquels vos achats ont été stockés ou emballés (température, air libre), les délais de livraison, du fabricant/ grossiste au détaillant et du détaillant au client dans le cas d’une commande par internet, le temps de stockage avant la vente suffisent à venir à bout du virus. Si un doute demeure, rien n’empêche d’isoler vos achats comme une sorte de quarantaine.



Puis je sortir pour aller en magasin de vape ?



Depuis le 17 mars 2019, une mise à jour de l’arrêté portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 autorise les magasins de vape à ré-ouvrir leurs portes après quelques jours de fermetures administratives. C’est enfin une vraie reconnaissance du rôle majeur d’utilité publique de nos commerces et une position qui pourra servir de faire-valoir dans le futur pour mieux défendre la vape dans les décisions gouvernementales et administratives. Pour effectuer vos achats, vous pouvez donc sortir de chez vous, bien protégés, avec votre attestation dument remplie en cochant la case « achat de première nécessité ». Néanmoins, avant de vous rendre en magasin de vape, demandez-vous si une livraison en boite aux lettres ou une commande en retrait minute en magasin ne serait pas préférable.



Arrêter de fumer pendant le confinement, bonne idée ?



C’est une vraie bonne idée si vous vous en sentez l’envie. Arrêter la cigarette de tabac au profit de l’e-cigarette est un choix personnel qui survient quand on sent que c’est le bon moment. Le confinement impose une remise en question des habitudes de chacun. C’est peut-être le bon moment pour se jeter à l’eau ou simplement commencer à s’y intéresser. Le temps à la maison que nous impose cette crise peut être mis à profit pour lire ou visionner des tests, des conseils. Enfin, adopter l’e-cigarette est une expérience stimulante particulièrement bienvenue en ces moments difficiles. Les contacts avec les professionnels de la vape sont certes plus difficiles, mais la plupart, comme Ciga.fr continuent de faire le nécessaire pour vous accompagner efficacement grâce à des explications claires sur les produits de son site, une hotline par message électronique et téléphone, et des vendeurs engagés qui continuent de dispenser leurs conseils en magasins.

Bonne vape à tous et surtout protégez vous bien.

Commentaire Facebook