Tribulations d’un vapoteur : les débuts
616 Vues 0 Aimé

1er jour

J’ai déballé frénétiquement le matériel fraîchement reçu, juste après avoir écrasé celle que j’ai juré être ma dernière clope. Je ne suis pas en terre inconnue : j’ai passé des heures à naviguer sur internet, regarder des vidéos sur Youtube, lire des sujets sur les forums, lire des articles de blog, etc. Bref, je suis au point pour arrêter de fumer avec la cigarette électronique.

Je suis bien les instructions, je lave bien le matériel, j’essuie puis je remplis mon atomiseur du e-liquide classic que je viens d’acheter. Je me suis dit qu’il était préférable de rester sur du tabac pour commencer, même si j’ai lu un peu partout que ça n’est pas nécessaire et qu’on peut tout de suite commencer avec des e-liquides spéciaux. Je n’ai pas trop envie de changer mes habitudes. Et pourtant, j’ai également commandé un peu de liquide à la menthe, pour voir. Bizarre : je déteste les menthols. Mais avec la cigarette électronique, la perspective me plaît. Je me dis « Pourquoi pas ? ». J’amorce. Je taffe. C’est pas mauvais. C’est un peu sucré. C’est même plutôt agréable.

La journée se passe, je vape sans arrêt : je joue avec la vapeur, j’essaie d’en faire plus, je joue avec le voltage de mon iStick, je me prends un dry hit, je manque de casser le réservoir de mon Nautilus en faisant tomber mon ensemble, bref : je débute et je découvre. Et c’est encourageant : je n’ai pas envie de fumer et je me marre bien.

Résultat, au bout de 24h, excité par les événements, enthousiaste et confiant, je poste en toute hâte sur Facebook un bilan, comme l’expression d’une victoire : « 24h sans fumer et même pas envie d’une clope. Merci la cigarette électronique ! #tropfacile ». Des dizaines de likes et de commentaires affluent. Beaucoup d’encouragements, de félicitations, et même une danse de l'administrateur du groupe Frenchyvape, Hichem. Les éternels lourdingues qui n’ont pas réussi et qui te préviennent que ce ne sont pas les premiers temps les plus durs mais les mois suivants. Les autres lourdingues qui te demandent si ça n’est pas plus dangereux, etc. Mais dans l’ensemble, les retours sont positifs.

C’est fou d’ailleurs, à croire qu’arrêter la clope est à la vie du fumeur ce que le mariage/la venue d’un enfant est à la vie du couple. On n’est pas obligé de sauter le pas, mais quand on le fait, les gens sont heureux pour nous. Sans rire : j’ai obtenu presque autant de likes sur ce post que sur celui où j’annonçais que j’allais devenir papa…

7ème jour

Premier apéro passé sans fumer. Ca va.

J’ai été un peu tenté de demander une clope à une copine mais le regard assassin de ma femme m’en a dissuadé. Et puis finalement, c’est passé.

C’est surtout quand les fumeurs sont rentrés que ça m’a vacciné : j’ai vraiment compris ce que me reprochait ma femme. C’est vrai qu’on pue quand on fume ! Cette odeur de cendar, de clope froide : sur les vêtements, dans l’haleine, autour d’eux, même, comme s’ils se promenaient avec un cendrier dans la poche ! Je sentais pareil ! Ca me file presque la nausée alors pour compenser, je pompe comme un dingue sur mon e-cig. Presque 5 ml juste dans la soirée ! J’ai claqué un Nautilus complet et entamé un deuxième ! D’habitude, je ne vape même pas ça dans la journée…

Pour le reste, c’est vrai que c’est parfois difficile après le café, après les repas, le matin en partant au boulot, etc. Mais je tiens bon. Je suis confiant. Il faudrait que je me mette au sport. La course à pied pourquoi pas. Ca m’aiderait sans doute.

30ème jour

OK, mon pote relou qui me disait que plus ça avance plus ça devient difficile avait raison. Je suis plus souvent de mauvais poil et il m’arrive d’avoir tellement envie de fumer que je n’arrive plus à me concentrer sur mon boulot ! C’est dingue quand même. Pourtant, j’ai bien ma dose de nicotine. A croire que la nicotine n'est en effet pas la seule chose addictive dans la cigarette de tabac...

Du coup, je me suis commandé un nouvel atomiseur. J’ai envie de m’essayer au reconstructible pour voir. Et pour pouvoir taper dans des plus fortes puissances en contrôlant ce que je fais. En plus, comme je vape de plus en plus pour compenser, ça commence à me coûter cher en résistances. Je n’ai pas tellement envie que ça finisse par me coûter un bras. Je suis sûr que ça va m'aider.

Déjà 3 soirées passées sans fumer. J’ai l’impression que c’est plus dur à chaque fois de résister à l’envie d’une clope.

Ce serait vraiment dommage de reprendre : j’ai un meilleur souffle, je redécouvre la finesse de certains mets de la saveur desquels je n’avais plus qu’une perception grossière. Je n’ai vraiment pas envie de reprendre. Je tiens bon.

La suite au prochain épisode !

Bonne vape !

Commentaire Facebook