Pour la rentrée, vous prendrez bien un peu d’e-cig bashing ?
676 Vues 0 Aimé

On espère que vous avez bien profité de vos vacances, que vous avez vapé tranquillement à la plage, à la terrasse des cafés et restaurants, au camping ou dans bien d’autres endroits. Certains d’entre vous se sont peut-être même organisé des vapéros pendant l’été. Bien. Mais maintenant, c’est fini : retour à la vie réelle et au bashing médiatique ! Dernier en date : un article de sudinfo.be au titre tapageur. Retour sur une polémique.

Quand les réseaux sociaux s’affolent

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour faire le buzz ? A croire que les patrons de presse et rédacteurs en chef voient dans les vapoteurs une cible privilégiée, de parfaits sujets pour partager à tout va leurs articles polémiques sur la cigarette électronique. Mais ne peut-on pas nous laisser vaper en paix ?

En effet, la fin du mois d’août a été secouée, sur les réseaux sociaux, par la publication et les nombreux partages d’un article de sudinfo.be titrant : « La cigarette électronique comporte autant de risques pour les artères et le cœur que la cigarette traditionnelle ». Wouaw. Rien que ça ?

S’ensuit un déballage fumeux, non étayé, non argumenté et n’expliquant rien. Si, pour être honnête, on « apprend » deux choses :

  • Qu’il faut se « méfier » de la cigarette électronique (c’est même la phrase d’accroche du chapô…)
  • Que l’étude porte sur deux groupes de fumeurs (l'un à qui on a demandé de fumer pendant 5 minutes ; l'autre à qui on a demandé de vaper pendant 30 minutes, mais ça, on l'apprend dans l'article britannique qui sert d'unique source).

Bon, donc en fait, l’article ne sert à rien et la polémique nous rappelle une fois de plus que sur les réseaux sociaux, la plupart des internautes ne lit que le titre et pas l’article qui est caché derrière (sauf si la photo d’illustration présente une poitrine féminine dénudée…).

Allons donc chercher les sources.

Un article du Dailymail citant une étude grecque

Nous voilà donc sur l’article du Dailymail, plus complet et, surtout, plus prudent sur les conclusions et présentant des contradicteurs à cette étude. Ouf : au moins, en Grande-Bretagne, les journalistes font leur travail.

On apprend du coup que les chercheurs eux-mêmes avancent que des études plus poussées doivent être faites, d’une part, et, surtout, que selon ces chercheurs : « E-cigarettes are less harmful but they are not harmless » (les e-cigarettes sont moins nocives mais ne sont pas sans aucun danger). En clair : les chercheurs à l’origine de l’étude sont guidés par le principe de précaution, ni plus ni moins. En outre, spécialisés en cardiologie, ils sont en quête d’une solution de sevrage absolument inoffensive !

Enfin, un biais pourrait apparaître dans l’étude : s’il est confirmé que les deux groupes étudiés sont des fumeurs, alors il est délicat d’affirmer que les problèmes artériels relevés chez ceux qui ont vapé pendant l’étude sont dus à la cigarette électronique !

Bref, encore une fois, beaucoup de bruit pour rien : il faut bien vendre du papier (ou plutôt du clic) au cœur de l’été, quand les internautes ont mieux à faire que de s’intéresser à de pseudo journaux d’information…

Pour l’instant, donc, rien de neuf sous le soleil : continuez à vaper ; vous savez que le jour où nous estimerons qu’un véritable danger vous guette, nous vous préviendrons !

Bonne rentrée à tous, et bonne vape !

Commentaire Facebook