Les chiffres officiels de la vape en France, en 2015
881 Vues 0 Aimé

Alors que nos dirigeants se refusent à voir le potentiel que représente l’e-cigarette dans la lutte contre le tabac, faisons le point sur les chiffres réels et officiels de la vape en France. Une manière pour nous de rappeler que la cigarette électronique a été un succès certes mitigé, mais un succès tout de même, pour au moins 400 000 personnes selon l’INPES. De futurs sacrifiés ? Voyons cela en détail.

Fumeurs, vapofumeurs, vapoteurs : les chiffres

C’est une étude approfondie de l’INPES sur un échantillon de plus de 15 000 personnes qui a permis de dégager des statistiques nationales françaises sur les usages comparés de la cigarette électronique et de la cigarette de tabac.

  • La France comptait 41,1 millions de fumeurs réguliers en 2000 contre 32,4 millions en 2014 ; le point le plus bas ayant été atteint en 2008 avec presque 30 millions de fumeurs réguliers (selon l’OFDT) ;
  • 12 millions de Français ont essayé la cigarette électronique ;
  • La France compte environ 3 millions de vapoteurs, en comptant les vapoteurs occasionnels. Si l’on se limite aux vapoteurs réguliers, on arrive au chiffre de 1,5 million, soit 3% de la population, contre 34 millions de fumeurs !
  • Seulement 5% des femmes utilisent régulièrement la cigarette électronique contre 7% des hommes. Toutefois, il faut pondérer ce chiffre par le fait que les femmes sont moins touchées par le tabagisme que les hommes (30% des femmes contre 38% des hommes) ;
  • 9% des vapoteurs, soit 270 000 personnes, le sont depuis plus d’1 an ;
  • 57% des vapoteurs qui utilisent la cigarette électronique depuis plus d’1 mois l’utilisent régulièrement ;
  • En moyenne, les vapoteurs le sont depuis 4 mois !
  • 98% des vapoteurs sont des anciens fumeurs, donc non, l’e-cigarette ne séduit pas durablement les non-fumeurs, les jeunes en particulier ;
  • En revanche, seuls 15% des vapoteurs, tous profils confondus, ont totalement arrêté de fumer avec la cigarette électronique, soit seulement 450 000 personnes. Si l’on se limite aux vapoteurs quotidiens, on passe à 25%, soit 375 000 ;

Quelques chiffres significatifs sur la vape

Certaines données particulièrement significatives semblent négligées par nos dirigeants alors même qu’elles témoignent de la puissance de l’e-cig comme dispositif de sevrage tabagique et de la nécessité de ne surtout pas se conformer à la TPD, concernant le matériel.

  • 97% des vapoteurs utilisent des e-cigarettes avec recharge ! Les cigarettes électroniques jetables, les fameux produits conformes à la TPD, ne séduisent pas les fumeurs ! Voilà un chiffre qui devrait alerter nos autorités (si elles avaient quoi que ce soit à faire de la santé publique !)
  • Un autre chiffre devrait mettre la puce à l’oreille de nos dirigeants : 24% des fumeurs qui n’ont jamais touché à une e-cig déclarent vouloir essayer ! C’est bien la preuve que le vaporisateur personnel séduit les fumeurs comme alternative possible au tabagisme !
  • Le vapofumeur diminue en moyenne sa consommation de tabac de presque 9 cigarettes par jour ! Et c’est déjà un premier grand pas dans la réduction des risques liés au tabagisme !
  • Enfin, la cigarette électronique aide véritablement à se sevrer du tabac par levier psychologique : 69% des vapofumeurs déclarent avoir envie d’arrêter de fumer complètement tandis qu’ils ne sont que 54% chez les fumeurs non-vapoteurs !

La conclusion de l’INPES est donc qu’au moins 400 000 personnes à l’heure actuelle ont réussi à arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique.

D’un point de vue économique

La cigarette électronique, c’était un marché de 450 millions d’euros en 2014, 2 500 boutiques, à peu près 15 000 emplois directs (vendeurs, fabricants, etc.). Il est impossible à l’heure actuelle de chiffrer les emplois indirects (transport, communication, recherche et développement, etc.).

En résumé, ces chiffres nous donnent des faits objectifs et quantifiables en faveur de la cigarette électronique, faits que nos dirigeants ont choisi sciemment d’ignorer. Peu surprenant quand on sait que certains députés affirment sans vergogne travailler pour le lobby des buralistes (que les électeurs des régions concernées par ces députés sachent quoi faire dimanche, pour les élections régionales…).

Nous entendront-ils un jour ?

Bonne vape !

Commentaire Facebook