Arrêter de fumer : cigarette électronique ou patch ?
1032 Vues 0 Aimé

Alors que l’Europe et la France travaillent encore pour légiférer (restreindre ?) sur l’usage de la cigarette électronique, des études médicales s’attachent à comparer les effets des patches et de la cigarette électronique pour l’arrêt du tabac. Alors, quel est le meilleur moyen d’arrêter de fumer ? Cigarette électronique ou patches ? Eléments de réponse.

Cigarette électronique vs patches : des études contradictoires

Le combat annoncé entre la cigarette électronique et les patches est lancé mais ne semble pas près de trouver une issue. En effet, plusieurs études ont été menées pour comparer les effets de l’une et de l’autre solution… mais leurs résultats sont contradictoires. D’un côté, certaines études affirment que la cigarette électronique est plus efficace que les patches pour arrêter de fumer. De l’autre, une étude américaine avance que l’e-cigarette n’est pas plus efficace que les « dispositifs transdermiques destinés au sevrage tabagique » (sans rire…). Analysons brièvement ces études.

Le cardiologue grec et le chercheur australien

Le premier, Konstantinos Farsalinos, cardiologue grec, la cigarette électronique est avant tout moins nocive pour le sang que le tabac : sa consommation n’entraîne pas d’augmentation du taux de monoxyde de carbone dans le sang, contrairement à la consommation de tabac. le monoxyde de carbone est un toxique grave qui peut entraîner divers troubles. Cela vient appuyer les différentes études qui prouvent la faible toxicité de la cigarette électronique.

Le deuxième est chercheur à l’université d’Auckland et a réalisé une étude sur 657 fumeurs voulant arrêter la cigarette. Après 6 mois d’étude (!!), les faits sont là :

• Sur les fumeurs qui ont testé la cigarette électronique pendant 13 semaines au moins, 7,3% ont définitivement arrêté de consommer du tabac pendant cette période et 30% ont continué à l’utiliser après le test.

• Sur les fumeurs qui ont testé les patches pendant la même période, seuls 5,8% ont complètement arrêté de consommer du tabac et seuls 8% ont continué à utiliser les patches après l’étude.

Des résultats qui se passent de commentaires… En outre, 57% de ceux qui ont malgré tout continué à fumer quelques cigarettes alors qu’ils vapotaient ont divisé leur consommation de tabac par deux au moins contre seulement 41% de ceux qui utilisaient des patches. Si l’on en croit cette étude, on peut donc affirmer sans crainte que OUI, la cigarette électronique est plus efficace que les patches pour arrêter de fumer !

L’étude américaine

L’étude américaine a été conduite sur 949 fumeurs. Sur ces 949 fumeurs, seuls 13,5% avaient arrêté de fumer dans l’année. En outre, seuls 88 utilisaient la cigarette électronique. Sur ces 88 personnes, 10% ont définitivement arrêté de fumer. Rapporté au total des fumeurs étudiés, cela ne représente évidemment que 1%. Et l’étude de conclure que la cigarette électronique n’est pas efficace pour arrêter de fumer… Là aussi, ça se passe de commentaires.

Car d’un côté on a une étude qui fait du 50/50 (la moitié à la vapoteuse, l’autre moitié au patch) et qui donne des résultats frappants, de l’autre, une étude dont l’échantillon n’est composé qu’à 10% de vapoteurs et qui conclue que la cigarette électronique ne sert à rien. Et ce sont des scientifiques ; on croit rêver !

De la nécessité de laisser les vapoteurs libres

On peut assez facilement conclure de ces deux études qu’il est grand temps de laisser les vapoteurs libres. Non seulement la cigarette électronique est efficace pour arrêter de fumer, mais en plus elle est très peu nocive pour la santé. Alors bien sûr, pour les vapoteurs qui consomment des e-liquides hautement dosés en nicotine, il faudrait faire quelque chose (rappelons qu’un vapoteur consommant quotidiennement 3 ml de e-liquide à 16mg/ml consomme presque 30mg de nicotine par jour, soit l’équivalent de 30 cigarettes normales environ). La cigarette électronique doit en effet à terme permettre de réduire la dépendance à la nicotine. Néanmoins, et c’est ce que rappelle J.-F. Etter, professeur de santé publique, il est absurde et contre-productif d’interdire de vapoter dans les lieux publics. Parallèlement, il faut augmenter considérablement le prix du tabac et neutraliser les paquets de cigarette (enlever tout packaging marketing). Mais évidemment, comme il le rappelle, le lobby du tabac est très puissant, très bien organisé, très riche et bénéficie de solides appuis politiques. Ceci expliquant peut-être cela…

Alors en attendant, bonne vape !

Commentaire Facebook