La 1ère clope du matin : hantise des vapoteurs ?
1308 Vues 0 Aimé

 « Comment éviter la première cigarette du matin ? », « La clope du matin », « La vape qui ne passe pas le matin », etc. sont autant de sujets postés par des vapoteurs sur le grand forum ou par des fumeurs sur le site tabac-info-service.fr. Et pour cause : en particulier pour les gros fumeurs, la première clope du matin est la plus difficile à arrêter, celle qui manque, celle qui fait qu’on n’arrive pas à vaper, celle qui, parfois, fait rechuter. Pourquoi cette clope du matin est-elle si addictive ? Comment s’en débarrasser ? Eléments de réponse.

La cigarette du matin : une affaire de cotinine

Une étude américaine, publiée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention a analysé les taux de nicotine et de cotinine présents dans l’organisme d’une cohorte de 252 fumeurs, pour analyser l’impact du délai entre le réveil et la première cigarette sur les taux de cotinine. Le résultat est sans appel : plus on fume tôt après le réveil, plus les taux de cotinine sont élevés.

Et alors, vous direz-vous ? Eh bien le problème, c’est que d’après de nombreuses études, comme le rappelle la thèse de Victor Riah (Mécanisme d’Action de la Cotinine : Interactions Nicotiniques, Etude Pharmacocinétique et Pharmacodynamique, Identification et Purification de son Récepteur. Biomolécules. Institut National Polytechnique de Toulouse - INPT, 1996), la cotinine :

  • A un effet probable dans le phénomène de dépendance tabagique ;
  • Augmente la libération de la bêta-endorphine, agissant sur les récepteurs opiacés et procurant une sensation de bien-être, voire d’euphorie ;
  • Réduit le temps de renouvellement de la sérotonine, favorisant ainsi dynamisme, éveil, plaisir et limitant l’agressivité.

Et clairement, les deux derniers effets étant sans doute en partie générateur du premier : l’impact de la cotinine sur les « hormones du plaisir » favorisant sans doute l’addiction au tabac

On remarque d’ailleurs que le test de Fägerstrom, pour déterminer le niveau de dépendance d’un fumeur, impose de renseigner le délai entre le réveil et la première cigarette. Le problème, c’est que ce test ne propose comme solution qu’une augmentation linéaire du taux de nicotine, et non une alternative pour obtenir un shoot de nicotine dès le réveil !

N.B. : selon le site tabac-info-service.fr, le besoin de tabac dès le matin est aussi dû au fait que les récepteurs nicotiniques sont en manque total après une nuit de sevrage. D'où le besoin de shoot de nicotine, pour satisfaire avant tout un besoin physique.

La vape qui ne passe pas : analyse des causes possibles

Chez les vapoteurs qui ne réussissent pas à se passer de la première cigarette du matin, on observe plusieurs typologies :

  • L’écœurement : les e-liquides ayant un taux élevé de VG sont gras et sucrés en bouche et peuvent écœurer le matin au réveil, quand la bonne vieille clope agresse la gorge et assèche les muqueuses.
  • L’insatisfaction : également, quand on vape du 3 mg ou du 6 mg, le shoot n’y est pas au réveil. Le hit n’est pas assez marqué et la quantité de nicotine absorbée insuffisante.
  • La gorge sensible : inversement, il est fréquent que ceux qui vapent des liquides à fort taux de PG et/ou à fort taux de nicotine trouvent la vape du matin trop agressive. Là, la clope est plus douce…

Les solutions pour arrêter la clope du matin

Il existe plusieurs méthodes, qui peuvent être utilisées en même temps… sans qu’aucune soit miraculeuse. Mais les voici tout de même :

  • Opter pour un liquide assez neutre en goût et ayant un taux de PG/VG équilibré, ni trop sec, ni trop gras, pour ménager papilles et muqueuses.
  • Pour le matin, passer au dripper, pour augmenter la dose de nicotine délivrée et ainsi favoriser le shoot.
  • Vaper le plus tôt possible après le réveil, pour apporter au cerveau une dose suffisante de nicotine avant d’arriver au café fatidique…
  • Dormir avec un patch léger (3 ou 7 mg) pour saturer pendant la nuit les récepteurs nicotiniques sans souffrir des effets secondaires de la nicotine (cauchemars, insomnies, etc.) et ainsi se réveiller le matin sans sensation de manque.
  • Changer ses habitudes : prendre son petit-déjeuner dans une autre pièce, commencer par boire un verre de jus avant toute chose, attendre d’arriver au travail pour prendre un café, etc. Bref, il faut éviter « l’effet Pavlov » de la clope, à savoir : « Je suis installé à la table de ma cuisine devant ma tasse de café donc je vais m’envoyer une bonne grosse clope derrière la cravate parce que c’est ce que je fais tous les matins depuis plus de 10 ans et que mon cerveau et mon organisme y sont habitués et ne voient pas pourquoi ça changerait maintenant sous prétexte que j’ai arrêté de fumer et que je vape… »

Allez, courage.

Et bonne vape !

Commentaire Facebook