Fact-checking : Idées recues sur la cigarette électronique

Fact-checking : Idées recues sur la cigarette électronique
562 Vues 0 Aimé

Depuis que les ventes de tabac ont baissé, sans doute en grande partie grâce à la cigarette électronique, on ne compte plus les titres de journaux et les commentaires de gens mal informés nous présentant les dangers de la cigarette électronique. Tous les vapoteurs ont déjà entendu de nombreuses idées reçues, y compris de la part de professionnels de l’e-cig. Ciga.fr fait donc le point pour balayer ces idées reçues.

Le e-liquide contient de l’antigel

C’est évidemment faux et tout le monde le sait, ce qui n’empêche pas certains de continuer à essayer de le faire croire. En réalité, comme nous l’expliquions dans notre billet sur le danger du propylène glycol, c’est justement ce produit qui entre dans la composition des antigels. Mais il entre aussi dans la composition de nombreuses préparations alimentaires industrielles et dans de nombreux cosmétiques.

Non, le propylène glycol n’est pas de l’antigel. Non, le propylène glycol ne présente a priori pas de danger notable pour l’homme. Et donc non le e-liquide ne contient jamais d’antigel.

On peut mourir à cause d’un flacon de e-liquide

La propagande des cigarettiers américains a largement contaminé la France ces derniers mois et l’on ne compte plus le nombre de gros titres portant sur des intoxications aux e-liquides. D’où l’importance de remettre les choses en place. 

Dose létale de nicotine : sans doute, d’après des analyses récentes, entre 500 mg et 1 g, par ingestion !

Sachant qu’un millilitre de e-liquide contient au maximum 19 mg de nicotine, pour absorber une dose létale de nicotine avec du e-liquide, il faudrait en boire goulument au moins 26 ml, soit presque 3 flacons standards et jusqu’à 6 flacons !

Autant dire que d’ici à ce que cela arrive, il y a de la marge… ou alors il faut être un véritable Jackass… Alors bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il faut être inconscient : les flacons de e-liquide distribués en France doivent tous être équipés d’un bouchon de sécurité et il est capital de stocker ses e-liquides hors de portée des enfants (chez qui la dose létale est sans doute plus faible).

Le pneumologue français Gérard Mathern ne dit d’ailleurs pas autre chose dans une interview accordée au Nouvel Obs.

Vapoter est aussi dangereux que fumer car la nicotine provoque le cancer

C’est aussi complètement faux. Comme le rappelle l’OFTA sur son site. La nicotine n’est absolument pas cancérigène. Ce sont les produits résultant de la combustion du tabac et des additifs qui provoquent les divers cancers liés au tabagisme. La nicotine, elle, provoque une dépendance forte, mais pas de cancer.

Cependant, des études récentes interrogent l’impact de la nicotine sur des neuro-dégénérescences, notamment chez les enfants, les adolescents et le fœtus des femmes enceintes. Ce sont ces études qui ont amené l’OMS à conseiller aux Etats d’interdire la cigarette électronique aux mineurs et à la déconseiller aux femmes enceintes. Il faut donc évidemment rester vigilant et éviter de vapoter en présence d’enfants, notamment dans un espace clos (car la vapeur exhalée contient de la nicotine, comme nous l’expliquions dans notre billet sur le choix du dosage de nicotine, contrairement à ce que certains veulent faire croire, y compris l’AIDUCE…).

Les seules substances cancérigènes produites par la cigarette électronique surviennent dans des cas bien spécifiques. Comme nous l’expliquions dans notre billet sur le power vaping, la vape à forte puissance et le chain vaping, en chauffant de manière excessive le e-liquide, provoque la production d’acroléine et de formaldéhyde, qui sont nocifs et cancérigènes.

Les cigarettes électroniques produisent de la vapeur d’eau

Cette idée reçue défend la cigarette électronique… mais elle est tout aussi fausse que les autres ! Comme nous l’avons expliqué dans notre billet sur le fonctionnement d’une cigarette électronique eGo, la « vapeur » d’e-cig est en réalité une brume constituée de gouttelettes de propylène glycol et de glycérine végétale. Cette brume est globalement peu nocive voire inoffensive, mais ce n’est pas de la vapeur d’eau !

Bonne vape !

Commentaire Facebook