Comment fonctionne une cigarette électronique eGo ?
999 Vues 0 Aimé

On entend à peu près tout et n’importe quoi sur l’e-cigarette depuis que son utilisation s’est largement répandue, que l’Union Européenne et les médias se sont emparés du sujet et depuis que tout un chacun pense pouvoir donner un avis « scientifique » sur la question. Faisons donc le point sur le fonctionnement des cigarettes électroniques de type eGo, les plus répandues, pour connaître à la fois comment entretenir sa cigarette électronique mais aussi pour mieux comprendre la composition de la vapeur inhalée par les vapoteurs.

Anatomie d’une cigarette électronique eGo

Si l’on désigne aujourd’hui les cigarettes électronique par le terme eGo, c’est simplement en raison d’un pas de vis de batterie désormais standard, le pas de vis eGo. Une cigarette électronique eGo est en fait une e-cigarette utilisant une batterie eGo. Ceci étant dit, certaines e-cigarettes sont désignées en partie par ce terme, comme les eGo-C, eGo-T et eGo-CC de Joyetech par exemple (fabricant à l’origine de ce standard).

La batterie

La batterie, eGo donc, est tout simplement un tube contenant un accumulateur (ci-après « accu ») basé la plupart du temps du temps sur une chimie lithium-ion. Cette chimie est la plus répandue pour les accu :c’est celle qui équipe nos téléphones portables. Toutes les batteries de type eGo de grandes marques (Joyetech, Kangertech, Vision), sont protégées pour éviter les risques de surcharge, de court-circuit et de décharge brutale de l’accu. C’est la batterie qui fournira l’électricité nécessaire au fonctionnement de l’atomiseur.

L’atomiseur

L’atomiseur est une pièce dont le cœur est simplement une résistance. Cette résistance est simplement constituée d’un fil résistif torsadé en spires. C’est l’atomiseur qui va produire la vapeur de l’e-cigarette en chauffant le e-liquide.

Le réservoir

Le réservoir permet de stocker le e-liquide. Notons que, de plus en plus, les fabricants proposent des pièces double-emploi qui cumulent réservoir et atomiseur, ce sont les clearomiseurs.

L’embout buccal

L’embout buccal est l’élément que le vapoteur place entre ses lèvres. Il est généralement désigné par le terme anglais drip-tip.

On le voit, le principe de fonctionnement de la cigarette électronique eGo est relativement simple : une batterie alimente une résistance qui chauffe le e-liquide inhalé par le vapoteur par le drip-tip. C’est aussi simple que cela. Mais voyons en détail comment est produite cette vapeur.

La production de vapeur : principes de fonctionnement et composition

En chauffant, la résistance de l’atomiseur chauffe le e-liquide à une température comprise entre 50°C et 450°C. Cette montée en température provoque l’évaporation du e-liquide. Le gaz produit se condense ensuite en fines particules (gouttelettes) inhalées par le vapoteur. En réalité, donc,  comme le souligne d’ailleurs l’OFT dans son rapport sur la cigarette électronique (une lecture conseillée pour bien comprendre comment fonctionne une cigarette électronique et son impact sur la santé), la « vapeur » de la cigarette électronique n’a de vapeur que le nom. Elle ne contient en effet que très peu de vapeur d’eau (moins de 1%). Il s’agit en fait plutôt d’une brume constituée de gouttelettes de glycérine végétale et de propylène glycol.

Mettons donc fin de suite à cette désinformation qui voudrait qu’en vapotant on inhale de la vapeur d’eau. C’est tout simplement faux. On inhale en réalité un mélange de glycérine végétale et de propylène glycol, deux produits utilisés par les industries alimentaires et pharmaceutiques… et les machines à fumée du cinéma et des boîtes de nuit !

Notons au passage, mais nous reviendrons sur ce point dans un prochain billet, que la toxicité de la vapeur est d’autant plus importante que vous chauffez le e-liquide. En utilisation normale, la vapeur de cigarette électronique ne présente qu’une toxicité très très réduite et quasiment aucun produit cancérigène. Seuls le dripping et le chainvaping provoquent un échauffement excessif du e-liquide impliquant la production d’éléments toxiques.

L’entretien de sa cigarette électronique eGo

Pour savoir comment entretenir sa cigarette électronique eGo, nous vous conseillons la lecture de notre court billet à ce sujet : comment entretenir sa cigarette électronique.

Sachez cependant qu’il vous suffit de changer vos résistances environ tous les 10 à 15 jours. Pour le remplissage de e-liquide, il dépend de chaque modèle de e-cigarette et/ou de clearomiseur/cartomiseur. Nous vous conseillons donc de lire la fiche concernant votre produit sur ciga.fr pour en savoir plus. 

Commentaire Facebook