Eviter le phénomène du clearomiseur qui fuit en altitude
501 Vues 0 Aimé

Le froid s’installe progressivement en France et avec lui la saison des sports d’hiver approche. Quand certains vapoteurs s’élanceront sur les pistes de ski, d’autres s’envoleront pour des destinations ensoleillées à l’autre bout de la planète. Mais tous partageront un point commun : leurs clearomiseurs vont fuir atrocement, se vider littéralement de leurs liquides, dès qu’ils prendront de l’altitude. Découvrez pourquoi les clearomiseurs fuient en altitude et comment l’éviter.


La variation de pression atmosphérique 

Au 17ème siècle, Evangelista Torricelli, un scientifique italien, a inventé le baromètre, prouvant du même coup que l’air a un poids. La pression atmosphérique est le poids d’une colonne d’air de 1 mètre carré de côté et d’une hauteur allant du sol jusqu’au « sommet » de l’atmosphère. Au niveau de la mer, cette pression est de 760 mm de mercure (760mmHg), soit, selon les unités de mesure utilisées aujourd’hui, 1013,25 hectopascals (1013,25 hPa).

Peu de temps après la création du premier baromètre par Torricelli, un autre scientifique, français cette fois, Pascal, emporte avec lui un « tube de Torricelli » en montagne, lui faisant gravir le Puy de Dôme et montrant ainsi que la pression atmosphérique diminue avec l’altitude.

Cette variation de la pression atmosphérique avec l’altitude est désormais bien documentée. Elle correspond aux données suivantes (fournies par MétéoFrance). On a :

  • Une baisse de 1 hPa tous les 8 mètres
  • Une pression de 1013,25 hPa au niveau de la mer
  • Une pression de 850 hPa à 1460 mètres d’altitude
  • Une pression de 700 hPa à 3010 mètres d’altitude


Variation de pression et clearomiseurs

Si vous remplissez à moitié une bouteille d’eau au niveau de la mer, une fois que vous arriverez dans la station de ski, la bouteille, si elle est correctement fermée, sera gonflée. Il en va de même avec les clearomiseurs. Lorsque la pression atmosphérique diminue, l’air contenu dans les clearomiseurs se dilate sous l’effet de la baisse de pression. Il prend plus de place. Or, contraint par le réservoir du clearomiseur, il ne peut se dilater. La seule option qui lui reste, c’est de sortir. Or, le seul passage possible commence avec la résistance et finit dans les airflows. Et entre l’air et les airflows, il y a du e-liquide.

Lorsque la pression atmosphérique diminue, l’air, en se dilatant, pousse le e-liquide du réservoir vers les airflows en passant par la résistance. Le clearomiseur fuit.


La solution pour éviter les fuites de clearomiseurs en altitude

Il existe donc deux solutions évidentes pour éviter les fuites de clearomiseurs quand on va en altitude :

  • Vider ses clearomiseurs avant de prendre de l’altitude et ne les remplir qu’une fois l’altitude définitive atteinte.
  • Stocker ses clearomiseurs la tête en bas : l’air peut ainsi s’échapper par les airflows sans « pousser » le e-liquide.


Avions et pressurisation

On nous dit dans l’oreillette que le phénomène se produit également dans les avions, qui sont pourtant pressurisés. C’est vrai… parce que l’intérieur des avions est pressurisé à une pression équivalente à celle que l’on a entre 1 500 et 2 400 mètres d’altitude. Lors du décollage, la pression dans la cabine et dans la soute baisse progressivement jusqu’à atteindre environ 800 hPa, d’où les fuites et les phénomènes de compression des tympans. A l’inverse, lors de la descente, la pression de la cabine remonte progressivement jusqu’à atteindre la pression au niveau du sol.

Commentaire Facebook