Cigarette électronique et grossesse : quels dangers ?
2202 Vues 0 Aimé

Tous les sites traitant de la grossesse, de la santé des enfants et autres en ont fait un article cette semaine : une récente étude américaine affirmerait que la cigarette électronique est dangereuse pour les fœtus. Alors, d’une part, rappelons qu’il est de toute façon déconseillé aux femmes enceintes de vapoter, et d’autre part, tâchons d’aller voir un peu plus loin ce que dit cette étude et l’impact comparé des différentes solutions possibles. Cigarette électronique et grossesse : notre analyse.

Tout est dangereux pour le fœtus !

Convenons d’un premier point : rien ou peu de choses sont sans danger pour le fœtus. La pire des choses étant de fumer. Ceci étant dit, les patches sont tout autant déconseillés pour les femmes enceintes (voir ICI). En effet,

  • Dans la cigarette de tabac, en plus de la nicotine, le monoxyde de carbone, l’acroléine et une bonne dizaine d’autres composés sont aussi dangereux pour la maman que pour le fœtus.
  • Dans les patches, c’est la nicotine qui, en tant que vasoconstricteur, réduit l’oxygénation du cerveau du cerveau, son alimentation, et provoque ainsi des problèmes de développement.
  • Avec la cigarette électronique, logiquement, on peut s’attendre aux mêmes effets qu’avec le patch, sauf en prenant des e-liquides sans nicotine (même si Jacques le Houezec notamment a déjà mené des critiques concernant des études sur l’impact de la nicotine sur le développement des fœtus, voir LA).

Sauf que justement, l’étude dont il est question, résumée dans un communiqué de presse de L’American Association for the Advancement of Science, prétend que les e-cigarettes sans nicotine sont plus nocives pour le fœtus que celles avec nicotine. Voyons cela en détail.

Une étude, beaucoup de confusions

On peut lire ICI par exemple que la cigarette électronique augmenterait les risques, pour les bébés exposés in utero, de développer des maladies cardiovasculaires. Or, d’après le communiqué, ce sont les bébés exposés in utero au guthka, ce tabac à prisé indien très en vogue aux Etats-Unis comme moyen de sevrage, qui présenteraient de tels risques. Pas ceux exposés à la vapeur de cigarette électronique !

Par ailleurs, l’étude évoque des taux élevés d’acroléine et de formaldéhyde. Or, de nombreuses « contre-études » ont prouvé depuis que la vapeur d’e-cig ne contenait de l’acroléine et du formaldéhyde que quand il y a un dry hit. Voilà qui remettrait en cause la méthodologie de nos chercheurs américains.

D’ailleurs, ces derniers ne disent pas autre chose puisqu’ils admettent que « bien sûr, plus d’études doivent être menées sur le sujet », notamment en raison du faible nombre de travaux et des besoins de remettre à plat des méthodologies qui soient adaptées aux études sur le vaporisateur personnel.

En revanche, ce qui est sûr, c’est qu’effectivement (et nous vous mettons en garde sur ce sujet depuis longtemps) la vapeur de cigarette électronique peut diminuer la capacité des muqueuses nasales et buccales à lutter contre les infections (plusieurs études le démontrent, comme nous l'évoquions dans notre précédent billet sur une étude proche). Ainsi, vaper en présence d’enfants en bas âge (et en particulier des bébés) dans un espace clos peut augmenter les risques d’otites, de conjonctivites, de bronchites et autres maladies ORL.

Quelles solutions pour les femmes enceintes ?

Fumer est mauvais pour la santé et pour la santé des fœtus, vaper n’est pas une solution idéale, à cause de la nicotine et des risques accrus de maladies ORL, mais face à cela les patches sont aussi nocifs en raison de la présence de nicotine et, surtout, ne permettent pas aux femmes enceintes d’arrêter de fumer (voir ICI) !

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les professionnels de santé (et le site stop-tabac-info-service) recommandent aux femmes enceintes de privilégier les thérapies comportementales pour se sevrer.

Bref, pour conclure :

  • Encore une fois, beaucoup de bruit pour pas grand-chose : la cigarette électronique n’est toujours pas plus dangereuse que le tabac, merci.
  • Oui, la plupart des études (mais Jacques le Houezec risque de ne pas être d’accord avec nous) affirment que la nicotine est mauvaise pour le développement du fœtus.
  • La meilleure solution, pour une femme enceinte, est de réussir à arrêter de fumer sans aucun substitut.
  • Il est hors de question pour nous d’inviter les femmes enceintes à vaper : c’est fortement déconseillé. Mais si vous vapez de toute façon, essayez juste de limiter votre consommation au maximum et ne vous inquiétez pas pour votre bébé, votre choix reste dans une logique de réduction des risques.
  • Nous recommandons encore et toujours de ne pas vaper dans un espace clos avec des enfants (parce que c’est pénible d’aller chez le pédiatre toutes les semaines pour des problèmes ORL…).

Bonne vape.

Commentaire Facebook