Cigarette électronique : évolution du matériel en 2014
441 Vues 0 Aimé

La nouvelle année commence, c’est l’occasion pour nous de faire le bilan de l’année 2014 qui aura été pour le moins dense et riche pour le monde de la vape. Le succès des Vapexpo, l’adoption de la loi anti-tabac, le ralliement de Bertrand Dautzenberg à la cause de l’e-cig, pour nous, l’ouverture d’une deuxième boutique (et bientôt d’une troisième !) et, surtout, de grands mouvements côté matériel : 2014 apparaît comme une année charnière pour le marché de la cigarette électronique. Faisons le point sur le matériel.

Des têtes d’atomiseur aux résistances BVC : le saut qualitatif

C’est bien sûr du côté des résistances de cigarette électronique que le changement a été le plus frappant sur cette année 2014. Car les fabricants ont témoigné d’une capacité et d’une force d’innovation surprenantes.

Vous, vapoteurs de la première heure, souvenez-vous : au départ, nous n’avions grosso modo le choix qu’entre les têtes d’atomiseurs du système eGo-T, les cartomiseurs et les top coil à mèches longues des clearomiseurs type Stardust et Vivi Nova. Déjà, l’arrivée des clearomiseurs, l’an passé, avec leurs topcoils, avait révolutionné notre conception de la vape.

Mais, fin 2013, les résistances top coil ont d’abord été massivement abandonnées (pas par tous évidemment ; de même que de nombreux vapoteurs apprécient encore par-dessus tous les systèmes carto/tank) au profit des résistances BCC. Ces résistances, placées en bas du clearomiseur et équipées de mèches courtes, limitaient les risques de dry hit et procuraient une meilleure restitution des saveurs fruitées notamment, en partie grâce à une vapeur froide. Puis les résistances BDC sont arrivées et ont supplantées les BDC : plus performantes, supportant mieux les fortes puissances et délivrant plus de vapeur plus chaude, elles ont séduit les vapoteurs. Puis enfin, fin 2014, Aspire a changé la donne en sortant sur le marché ses résistances BVC, pour bottom vertical coil, destinées à équiper les clearomiseurs de la marque. Nous leur dédierons d’ailleurs un billet prochainement.

Ainsi, il y a un an, pour vaper des e-liquides visqueux contenant plus de 20% de glycérine végétale, il était quasiment obligatoire de se tourner vers des reconstructibles ou des systèmes carto/tank (en acceptant de « cramer » très vite ses cartos). Aujourd’hui, tous les liquides peuvent être aisément vapés dans la plupart des clearomiseurs grand public !

Et côté performances, il y a eu un saut qualitatif extraordinaire ! Aujourd’hui, tous les matériels disponibles sur le marché sont en mesure de satisfaire les anciens fumeurs, quel que soit leur profil. Hit, production de vapeur et restitution des saveurs sont excellents. C’en est même à se demander si les fabricants pourront faire mieux !

Retrait de Joyetech et montée en puissance d’Aspire et Kangertech

C’est aussi la grande surprise de cette année 2014 : l’explosion de la jeune marque Aspire au détriment de Joyetech. En effet, Joyetech peut quasiment être considérée comme la marque historique de la cigarette électronique. Celle par qui le succès de la vapoteuse a commencé. A l’origine du système eGo-T et eGo-C, elle a connu de belles années. Mais Kanger est venu lui faire concurrence avec de très bons produits, plus design. Puis c’est Aspire qui s’est lancée dans la partie.

Avec ses produits au design plus discutable mais aux performances inédites, la marque s’est vite positionnée comme une référence chez les vapoteurs et les vendeurs. En outre, sa percée sur le marché a stimulé l’innovation chez Kanger qui n’a cessé de développer de nouveaux produits toujours plus performants. En revanche, dans le même temps, Joyetech s’est laissé dépasser…
D’une certaine manière, on peut donc aujourd’hui considérer que c’est grâce à Aspire si nous disposons d’un tel choix de matériel et d’une telle qualité de matériel !

Notons tout de même pour être justes que Joyetech n’a pas complètement disparu. En effet, par exemple, derrière un des plus grands succès commerciaux de ces derniers mois, la mini box iStick, se cache notre grande marque chinoise. Car aujourd’hui, Joyetech, c’est aussi Eleaf-Ismoka. La marque fait donc un retour en force en se positionnant sur un nouveau créneau qui ne manquera pas de faire des remous cette année encore. A suivre, donc…

Le Power Vaping pour tous

Brièvement (car nous y consacrerons prochainement un billet), nous ne pouvons terminer ce bilan des évolutions matérielles de 2014 sans évoquer l’arrivée de deux produits inattendus des deux grands concurrents actuels : l’Atlantis d’Aspire et le Subtank de Kanger. Avec leurs très basses résistances (moins de 1 ohm), leur plage d’utilisation débutant à 20W et leur réglage d’un air flow très aérien, ces deux clearomiseurs proposent une expérience de vape jusqu’alors réservée aux utilisateurs de reconstructibles : le power vaping.

Une innovation centrée sur les usages

En guise de conclusion nous pouvons simplement dire ceci : la richesse du monde de la cigarette électronique est entre autres que les industriels proposent des innovations centrées sur les usages des consommateurs. On est loin des marques qui pondent des produits en cherchant ensuite à tout prix à les vendre : les fabricants de matériel de cigarette électronique cherchent à créer les produits qui correspondent vraiment aux attentes des consommateurs.

Car il y a deux ans, il fallait simplement proposer une alternative potable au tabac qui ressemble le plus possible à une cigarette, en termes de taille et d’utilisation. Avec le temps, les vapoteurs sont devenus plus exigeants, certains sont retournés à la cigarette faute de matériel performant. Parallèlement, la consommation et la fabrication de e-liquides a beaucoup évolué et une culture vape s’est créée, qui cherche à se démarquer le plus possible de l’univers du tabac et de ses schémas de représentation. Il fallait donc proposer du matériel plus performant, produisant plus de vapeur, plus de saveur, supportant plus de puissance et des e-liquides plus visqueux. Il fallait aussi créer des produits qui ne ressemblent plus à des cigarettes mais qui s’inscrivent dans une nouvelle esthétique, celle qui fait de l’ecig un marqueur identitaire. Les fabricants ont su le faire. Et on les en remercie.

Alors souhaitons que cette nouvelle année voit encore plus d’innovations, encore plus de fumeurs se détourner du tabac au profit de la cigarette électronique, encore plus de nouveaux e-liquides.
Bonne année.

Et bonne vape !

Commentaire Facebook