Retour sur l’annulation du salon E-cigarette
494 Vues 0 Aimé

L’annonce de l’annulation du salon E-cigarette qui devait se tenir le week-end des 13, 14 et 15 mars a secoué une fois de plus la communauté web des vapoteurs. Suspicions de pressions extérieures et/ou de concurrents, soupçons de défaut d’organisation, polémique entre vapoteurs, reviewers et blogueurs : bref, le microcosme français de la cigarette électronique donne aujourd’hui une bien piètre image de lui-même. Retour sans polémique sur cet événement.

Petit retour en arrière : le flop de l’E-cig Show 2015


Pour comprendre la passion qui anime les vapoteurs suite à l’annonce de l’annulation du salon e-cigarette, il faut peut-être revenir sur la première polémique concernant l’E-cig Show. Ce salon avait été couronné d’un certain succès lors de sa première édition en 2014, quoique déjà, à l’époque, de nombreux vapoteurs exprimaient clairement leurs craintes concernant l’organisation.
En effet, à 2 mois de l’ouverture, la liste des exposants n’était pas disponible et la marque française de e-liquides D’lice avait même pris la peine d’expliquer sur son compte Facebook son absence au salon en prétextant des problèmes de déontologie de l’organisateur ! De fait, sur les forums, la plaquette commerciale utilisée par les organisateurs du salon pour recruter des exposants posait franchement question avec des arguments douteux, parfois à la limite de la légalité (appâter les jeunes, surfer sur un marché en vogue, etc.) et présentait même la cigarette électronique comme « soi-disant inoffensive ». Drôle de prise de position pour un salon dédié à l’ecig…
Ceci s’explique sans doute (c’est en tout cas l’explication de beaucoup de vapoteurs) par le fait que l’organisateur n’avait rien d’un passionné de la vape mais était surtout un professionnel… des salons professionnels, bien décidé à lui-même « surfer » sur la vague d’un marché en pleine croissance.
Aussi, après un premier succès, l’édition 2015 a été désertée, d’une part par les visiteurs, d’autre part par les exposants. Le salon E-cig Show signait son acte de décès.
Mais déjà des voix se sont élevées : certaines pour crier au boycott organisé, d’autres pour se satisfaire de la défaite d’un professionnel du salon à profiter de la vape et des vapoteurs.
Bref : certains avançaient que, quel que soit l’organisateur, la disparition d’un salon dédié à la cigarette électronique ne pouvait qu’être dommageable à la vape dans son ensemble ; d’autres réclamant que chaque salon dépasse la simple exposition à visée mercantile pour aborder, à l’instar du Vapexpo 2014, les questions importantes de l’avenir de la cigarette électronique en France et en Europe.


Annulation du salon E-cigarette : que s’est-il passé ?


Eh bien on assiste exactement, ou presque, à la même chose avec le salon E-cigarette dont l’annulation vient juste d’être annoncée.
Contrairement à ce que certaines rumeurs ont pu avancer, les organisateurs n’avaient a priori rien à voir avec ceux du salon E-cig Show. Mais en effet, le responsable du salon expliquait lui-même qu’il n’était plus du milieu de la cigarette électronique et souhaitait revenir à son premier métier, l’organisation d’événements, dans une interview, où il avouait qu’un membre de son équipe… fume ! Cette bonne foi témoignait de la sincérité du projet.
Pourtant, dès le départ, de nouvelles rumeurs se sont mises à courir et visaient à tuer dans l’œuf ce projet d’un autre salon dédié à la cigarette électronique. Justifiées ? Injustifiées ? Difficile de le dire. Evidemment, un salon, en France, a pour but principal de faire gagner de l’argent à ses organisateurs. Mais c’est vrai aussi pour le Vapexpo, ce qui ne l’empêche pas d’être un grand salon, d’excellente qualité, dont le contenu et l’organisation ont été salués par tous, y compris outre Atlantique par les reviewers Genfelip et Phil Busardo !
Mais il semblerait que le fait que certains gagnent de l’argent grâce à la cigarette électronique froisse certains vapoteurs… Aucune chance n’a été laissée par une partie des vapoteurs à ce nouveau venu. Et c’est cela qui est dommage.
Ceci dit, au-delà des rumeurs complotistes (et peut-être qu’il y a vraiment eu des pressions extérieures : personne ne le saura jamais !), il faut bien admettre une simple chose : ce salon avait été prévu quelques semaines avant le prochain Vapexpo. Concurrence impossible à tenir !

•    Le Vapexpo connaît un succès qui ne cesse de grandir d’année en année et maîtrise désormais parfaitement le sujet ;
•    Les visiteurs, pour beaucoup, auraient eu à choisir entre les deux (qui va traverser deux fois la France pour payer ses entrées, son hébergement, ses achats compulsifs, etc. ?)… et il y a fort à parier qu’ils auraient été nombreux à faire un choix de raison… en optant pour le Vapexpo !
•    Les exposants, pour qui la participation à un salon coûte très cher, même si cela peut rapporter beaucoup, ont également eu à choisir : à 15 jours d’intervalle, lequel de ces deux salons offraient les meilleurs objectifs de retour sur investissement ?

Finalement, est-ce qu’on ne peut pas simplement admettre qu’au-delà même de la polémique qui a entouré ce nouvel événement avant même son annulation, l’échec du salon E-cigarette est peut-être simplement dû à un défaut d’organisation ? Pour un salon challenger, n’aurait-il pas fallu choisir plutôt une date éloignée d’au moins 6 mois du Vapexpo, en proposant une alternative vraiment différente (même s’il y avait de l’idée sur ce point) ?


Oui, c’est dommage


Mais oui, c’est dommage que la France ne réussisse pas à offrir au moins deux salons différents dédiés à la vape. Oui, c’est dommage que la communauté des vapoteurs se déchire, se batte, se fasse du mal avec des théories du complot et des critiques sur la présence de l’argent… sur le marché !
Cessons de faire les vierges effarouchées et tâchons d’avancer ensemble pour construire l’avenir de la vape française et européenne. Signons la pétition de l’AIDUCE, soutenons les nouveaux projets, aidons-les à s’améliorer.


Ce que nous avons à apprendre des anglais


Ce sont finalement les anglais qui ont tout compris. Car avec leur Vapefest, point de critiques, de tensions, de suspicions capitaliste ou autre : l’entrée est gratuite, le parking gratuit, le camping gratuit ; et tout le monde y trouve son compte, surtout le monde de la cigarette électronique.
Ambiance bon enfant, simplicité, échange et désintéressement sont les maîtres-mots de cet événement que nous devrions peut-être tenter de reproduire chez nous.
A bon entendeur.
Bonne vape !

L’annonce de l’annulation du salon E-cigarette qui devait se tenir le week-end des 13, 14 et 15 mars a secoué une fois de plus la communauté web des vapoteurs. Suspicions de pressions extérieures et/ou de concurrents, soupçons de défaut d’organisation, polémique entre vapoteurs, reviewers et blogueurs : bref, le microcosme français de la cigarette électronique donne aujourd’hui une bien piètre image de lui-même. Retour sans polémique sur cet événement.
Petit retour en arrière : le flop de l’E-cig Show 2015
Pour comprendre la passion qui anime les vapoteurs suite à l’annonce de l’annulation du salon e-cigarette, il faut peut-être revenir sur la première polémique concernant l’E-cig Show. Ce salon avait été couronné d’un certain succès lors de sa première édition en 2014, quoique déjà, à l’époque, de nombreux vapoteurs exprimaient clairement leurs craintes concernant l’organisation.
En effet, à 2 mois de l’ouverture, la liste des exposants n’était pas disponible et la marque française de e-liquides D’lice avait même pris la peine d’expliquer sur son compte Facebook son absence au salon en prétextant des problèmes de déontologie de l’organisateur ! De fait, sur les forums, la plaquette commerciale utilisée par les organisateurs du salon pour recruter des exposants posait franchement question avec des arguments douteux, parfois à la limite de la légalité (appâter les jeunes, surfer sur un marché en vogue, etc.) et présentait même la cigarette électronique comme « soi-disant inoffensive ». Drôle de prise de position pour un salon dédié à l’ecig…
Ceci s’explique sans doute (c’est en tout cas l’explication de beaucoup de vapoteurs) par le fait que l’organisateur n’avait rien d’un passionné de la vape mais était surtout un professionnel… des salons professionnels, bien décidé à lui-même « surfer » sur la vague d’un marché en pleine croissance.
Aussi, après un premier succès, l’édition 2015 a été désertée, d’une part par les visiteurs, d’autre part par les exposants. Le salon E-cig Show signait son acte de décès.
Mais déjà des voix se sont élevées : certaines pour crier au boycott organisé, d’autres pour se satisfaire de la défaite d’un professionnel du salon à profiter de la vape et des vapoteurs.
Bref : certains avançaient que, quel que soit l’organisateur, la disparition d’un salon dédié à la cigarette électronique ne pouvait qu’être dommageable à la vape dans son ensemble ; d’autres réclamant que chaque salon dépasse la simple exposition à visée mercantile pour aborder, à l’instar du Vapexpo 2014, les questions importantes de l’avenir de la cigarette électronique en France et en Europe.
Annulation du salon E-cigarette : que s’est-il passé ?
Eh bien on assiste exactement, ou presque, à la même chose avec le salon E-cigarette dont l’annulation vient juste d’être annoncée.
Contrairement à ce que certaines rumeurs ont pu avancer, les organisateurs n’avaient a priori rien à voir avec ceux du salon E-cig Show. Mais en effet, le responsable du salon expliquait lui-même qu’il n’était plus du milieu de la cigarette électronique et souhaitait revenir à son premier métier, l’organisation d’événements, dans une interview, où il avouait qu’un membre de son équipe… fume ! Cette bonne foi témoignait de la sincérité du projet.
Pourtant, dès le départ, de nouvelles rumeurs se sont mises à courir et visaient à tuer dans l’œuf ce projet d’un autre salon dédié à la cigarette électronique. Justifiées ? Injustifiées ? Difficile de le dire. Evidemment, un salon, en France, a pour but principal de faire gagner de l’argent à ses organisateurs. Mais c’est vrai aussi pour le Vapexpo, ce qui ne l’empêche pas d’être un grand salon, d’excellente qualité, dont le contenu et l’organisation ont été salués par tous, y compris outre Atlantique par les reviewers Genfelip et Phil Busardo !
Mais il semblerait que le fait que certains gagnent de l’argent grâce à la cigarette électronique froisse certains vapoteurs… Aucune chance n’a été laissée par une partie des vapoteurs à ce nouveau venu. Et c’est cela qui est dommage.
Ceci dit, au-delà des rumeurs complotistes (et peut-être qu’il y a vraiment eu des pressions extérieures : personne ne le saura jamais !), il faut bien admettre une simple chose : ce salon avait été prévu quelques semaines avant le prochain Vapexpo. Concurrence impossible à tenir !
•    Le Vapexpo connaît un succès qui ne cesse de grandir d’année en année et maîtrise désormais parfaitement le sujet ;
•    Les visiteurs, pour beaucoup, auraient eu à choisir entre les deux (qui va traverser deux fois la France pour payer ses entrées, son hébergement, ses achats compulsifs, etc. ?)… et il y a fort à parier qu’ils auraient été nombreux à faire un choix de raison… en optant pour le Vapexpo !
•    Les exposants, pour qui la participation à un salon coûte très cher, même si cela peut rapporter beaucoup, ont également eu à choisir : à 15 jours d’intervalle, lequel de ces deux salons offraient les meilleurs objectifs de retour sur investissement ?
Finalement, est-ce qu’on ne peut pas simplement admettre qu’au-delà même de la polémique qui a entouré ce nouvel événement avant même son annulation, l’échec du salon E-cigarette est peut-être simplement dû à un défaut d’organisation ? Pour un salon challenger, n’aurait-il pas fallu choisir plutôt une date éloignée d’au moins 6 mois du Vapexpo, en proposant une alternative vraiment différente (même s’il y avait de l’idée sur ce point) ?
Oui, c’est dommage
Mais oui, c’est dommage que la France ne réussisse pas à offrir au moins deux salons différents dédiés à la vape. Oui, c’est dommage que la communauté des vapoteurs se déchire, se batte, se fasse du mal avec des théories du complot et des critiques sur la présence de l’argent… sur le marché !
Cessons de faire les vierges effarouchées et tâchons d’avancer ensemble pour construire l’avenir de la vape française et européenne. Signons la pétition de l’AIDUCE, soutenons les nouveaux projets, aidons-les à s’améliorer.
Ce que nous avons à apprendre des anglais
Ce sont finalement les anglais qui ont tout compris. Car avec leur Vapefest, point de critiques, de tensions, de suspicions capitaliste ou autre : l’entrée est gratuite, le parking gratuit, le camping gratuit ; et tout le monde y trouve son compte, surtout le monde de la cigarette électronique.
Ambiance bon enfant, simplicité, échange et désintéressement sont les maîtres-mots de cet événement que nous devrions peut-être tenter de reproduire chez nous.
A bon entendeur.
Bonne vape !

Commentaire Facebook